vendredi 14 mai 2010

Yes we Cannes

*oui bon ça va le jeu de mots est pourri mais je suis fatiguée aussi*

Je passe en coup de vent copier ma copine Stella pour vous dire que si le Festival de Cannes vous intéresse, vous pouvez suivre l'actu ciné sur le blog spécial de FilmDeCulte, et l'actu glamour/people sur les lapins.

Et je rappelle que Tim Burton est président du jury cette année, le palmarès sera je l'espère intéressant !

lundi 26 avril 2010

It's just another manic Monday

Je sors mon petit carnet à idées tant que j'ai encore le temps de venir papoter ici, et donc si on parlait petites manies ?

Oui j'ai commencé une liste de mes petites manies et autres habitudes bizarres juste pour vous, de quoi me surnommer définitivement Monica (vous voyez l'épisode où elle dit que si, si, elle peut aller se coucher sans ranger ses chaussures, puis y pense toute la nuit, ben voilà) !

Alors je pourrais commencer par la manie de faire des listes et la boucle serait bouclée, mais ce serait oublier que :

Catégorie moi-même :

- je ne peux pas sortir sans montre au poignet, ni avoir sur moi des mouchoirs en papier et un baume pour les lèvres
- d'ailleurs j'ai toujours un mouchoir sur moi, dans une poche, une manche, sous mon oreiller...
- je m'habille toujours dans le même ordre, impossible d'enfiler le haut avant le bas !
- j'ai toujours au moins un vêtement noir
- évidemment je ne peux dormir que de mon côté du lit (à gauche car je ne peux pas avoir de vide à ma droite)

Catégorie pop culture :

- je ne peux m'empêcher de dire "c'est comme dans Friends quand..." pour un tas de choses
- je parle par répliques de films, parfois avec le sens du détail (par exemple quand je veux dire à quelqu'un "Je te l'avais dit", c'est toujours la version Roger Rabbit qui sort de ma bouche : "Ze te l'avais dit Eddie")


Catégorie bouffe :

- je ne peux pas manger sans serviette (ou essuie-tout, mouchoir, n'importe quoi mais il me faut un équivalent de serviette)
- je ne sais pas croquer dans une pomme, je ne peux les manger qu'en coupant des petits bouts avec un couteau
- j'enlève le gras de chaque tranche de jambon, chaque bout de viande, si bien qu'en général il m'en reste la moitié
- je ne mange rien qui a ou touche des os (donc je ne mange que le blanc du poulet rôti ou le petit rond de viande d'une côtelette par exemple)
- mon couteau doit être placé à gauche et ma fourchette à droite, et pourtant je suis droitière, mais je n'arrive pas à couper avec la couteau dans la main droite


En vrac :

- je dois m'assurer chaque soir que la porte est bien fermée à clé et je mets moi-même l'alarme; si jamais Monsieur le fait je vais vérifier quand même sans quoi je ne suis pas tranquille
- en sortant de la maison aussi je vérifie plutôt deux fois qu'une que la porte est fermée à clé
- quand j'arrive au bureau j'ouvre mes logiciels toujours dans le même ordre
- si le bouton de volume d'un appareil est à chiffres, je ne le mets que sur les nombres pairs, autant dire que je préfère quand c'est à niveau ou petites barres !
- évidemment, comme j'en avais déjà parlé, j'applique le plus possible le principe du "une place pour chaque chose et chaque chose à sa place... au point par exemple d'aligner la table de salon sur les rangées du parquet (et là c'est comme dans Friends quand Chandler décide de faire un ménage surprise pour Monica et qu'il n'arrive pas à remettre les choses comme elle !) !


Allez à vous, que ce soit sur votre blog ou dans les commentaires !


Manic Monday - The Bangles

vendredi 23 avril 2010

I'm just that way and that's just me

C'est dommage depuis un moment il n'y a plus de tag qui passe de blog en blog et permet de faire des billets "facilement"...

Enfin ça ne m'empêche pas d'en ressortir un vieux de chez Tink Again, qui consiste à montrer son t-shirt préféré !

Et donc hop, le voici recto-verso (vous m'excuserez j'allais pas le repasser juste pour la photo) :








Pour la petite histoire : je l'ai acheté lors de mon 1er voyage aux USA en août 1995, plus précisément dans un magasin de la 3rd Street Promenade à Santa Monica, donc rien qu'avec ça il avait tout pour devenir mon préféré.
Forcément avec le temps le noir n'est plus très noir mais il tient bien la route et les motifs ne bougent pas - sachant que c'est eux qui font tout, plus particulièrement celui de derrière puisque j'écoutais beaucoup de ska à l'époque (je vous en parlais déjà dans mes billets sur No Doubt et Gwen Stefani).

Et d'ailleurs en cherchant de quoi illustrer un peu plus ce qu'est une rude girl (voir l'origine sur wikipedia)...



... j'ai aussi trouvé ça qui m'a fait craquer :



Ouais, telle mère telle fille, moi j'vous le dis !


That's just me - No Doubt

mardi 20 avril 2010

The Marriage of Heaven and Hell

La petite séquence Hello, I love you dans l'épisode-retour de Glee la semaine dernière m'a donné envie d'écouter The Doors, que je n'ai pas écoutés depuis longtemps (j'ai eu ma phase Doors comme beaucoup à la sortie du film d'Oliver Stone en 1991, j'ai continué à les écouter pas mal ensuite puis de moins en moins...).

Alors hop je mets ici ma chanson préférée d'eux, The Crystal Ship, qui pour le coup n'est pas signée du groupe mais de Jim Morrison seul :



Il y a aussi par exemple People are strange que j'aime beaucoup :



Ou, donc, Hello, I love you :



Et, bien sûr, Break on through :




*BONUS*

Le soir où j'ai découvert Nicole Atkins (en 1e partie des Pipettes, en novembre 2007), elle a fini de m'acheter en reprenant justement The Crystal Ship :



(Et je découvre en même temps sur youtube des versions de Duran Duran et des Smashing Pumpkins, qui ne sont vraiment pas terribles du tout...)

vendredi 16 avril 2010

Telle mère telle fille

Autant la mettre dans le bain tout de suite non ? (et le pyjama c'est même pas moi on nous l'a offert !)

jeudi 15 avril 2010

My gift is my song #7 bis

Et hop le petit player des titres manquants de la dernière playlist, incluant la version originale de Kids in America par Kim Wilde et la reprise par The Muffs, qui se trouve sur la BO de Clueless :




Et j'en profite pour mettre tout de suite la scène Roxie de Chicago, comme ça ce sera fait !

mercredi 14 avril 2010

Mmmm, I'm a star! And the audience loves me!

Il y a quelques temps, je vous avouais souffrir du syndrome de l'imposteur, mais comme l'être humain est compliqué, parallèlement je me sens aussi de temps en temps supérieure à d'autres gens...
On est tous le con/beauf/plouc de quelqu'un, et finalement les cons, c'est pas si mal, ça sert à se sentir mieux, à avoir plus confiance en soi...



Ainsi, alors que je craignais que pendant mon congé maternité on me remplace par une personne géniale qui saurait travailler mille fois mieux et plus vite que moi, il s'avère que c'est un peu le contraire, à un point où ça m'inquiète pas mal pour mon retour dans une petite année (parce que bon y a quand même la comptabilité de la boîte en jeu).

Mon boss est très gentil et tout mais parfois, il a des idées à la con sur lesquelles personne ne le suit (heureusement, le plus souvent, il a des idées super).
Là le problème principal, c'est sa femme, qui cherchait un comptable pour sa boîte à elle, et de fil en aiguille ils ont fini par prendre une seule personne pour les 2 boîtes (ça coûte moins cher), c'est-à-dire que je ne vais être remplacée qu'à temps partiel et que pour une partie de mon boulot. Et surtout, par un abruti qui parle trop dans tous les sens du terme et m'a par exemple dit qu'il ne savait pas travailler "à partir des fichiers des autres", bonjour la capacité d'adaptation (lui c'est un vrai maudit Français, Marseillais en plus), et au secours mes pauvres fichiers Excel que j'ai déjà du reprendre avant de partir parce qu'il suffit de faire un seul truc pas "comme il faut" pour foutre en l'air toutes les formules, donc il s'agirait qu'il se concentre un peu...

Devant mes inquiétudes répétées mon patron a fini par céder et une 2e personne (qui elle m'a semblé tout à fait compétente heureusement) va venir faire le reste de mon boulot et être là tous les jours mais elle ne va pas commencer avant quelques semaines, ce qui veut dire qu'en attendant ben le bureau ne tourne plus rond.

Une ancienne collègue m'a dit un jour que personne n'était irremplaçable mais j'avoue que moi, j'ai le chic pour me rendre indispensable justement, ce qui a ses avantages (j'assure mon poste) et ses inconvénients (genre être appelée à la moindre occasion quand je suis en congé).

Il faut dire que n'ayant pas du tout l'esprit fourmi et ne supportant pas la hiérarchie et tout ce qui va avec (j'en ai tâté en intérim ça m'a suffit), je travaille depuis presque 4 ans dans une petite entreprise - et idem avant à Paris - dont je me retrouve un peu "centre névralgique" car m'occupant de la coordination de tout et tout le monde (en gros hein, je suis pas la boss non plus - bon on m'a déjà surnommé de noms militaires cela dit mais affectueusement hum...).
Du coup c'est plus facile comme ça effectivement de se rendre indispensable et tout le monde y trouve son compte, et je ne me vois pas travailler dans un autre genre de structure (si je pars, ce sera pour monter ma propre entreprise).

Et du coup aussi, je me demandais combien de temps ça prendrait avant d'avoir un message du bureau, sachant que je suis en congé depuis la semaine dernière : et bien voilà, 8 jours et mon boss me maile un truc et me remercie pour mon "excellent travail" et me dit que je leur manque, non sans blague ?!
Aucune surprise de ce côté-là mais bon ça fait toujours du bien à entendre quand même !

(Et pendant ce temps, sa femme harcèle ses employés à elle - un inconvénient des petites boîtes, c'est la femme du patron, ça fait 2 que je me "coltine" et elles sont toutes les 2 gratinées dans leur genre - Tink again tu te souviens de cette chère F. n'est-ce pas ?!)

Roxie - (BO de Chicago)

dimanche 11 avril 2010

My gift is my song #7

Ouais ben quasiment 6 mois depuis la dernière playlist, c'est ça de créer un blog sur un coup de tête, on finit vite par ralentir son activité :o(

Bon bref, passons quand même au principal : les chansons de ces derniers mois ! Il y en a tellement du coup que ça va me laisser quelques jours pour trouver de quoi faire de nouveaux billets (j'espère !)...

Les clips d'abord comme d'habitude, avec ce bon vieux Black Hole Sun de Soundgarden, chanson phare de ma 2e ou 3e année de fac :



Et ensuite hop un bel enchaînement avec You know my name, la chanson de Casino Royale chantée par... Chris Cornell, le chanteur de Soundgarden !



Puis un retour aux sources et le I Feel you de Depeche Mode ;



Direction chansons de films avec d'abord la chanson la plus entraînante du remake de Hairspray : You can't stop the beat...



... puis What's This ? ou la découverte de Christmas Town par Jack Skellington dans The Nightmare before Christmas :



On reste dans le gothique avec Lullaby de The Cure (un autre Friday Love à faire d'ailleurs !) :



Puis ma chanson-culte Just a girl de No Doubt (que j'avais déjà mise ici mais pourquoi se priver des bonnes choses !)



Et quoi de mieux que d'enchaîner No Doubt avec Madonna - sans qui avouons-le Gwen Stefani ne serait sûrement pas ce qu'elle est - et son tout premier tube Holiday (ah les magnifiques clips du débuts de 80's) :



Bon j'ai failli passer le clip suivant parce que je fais une méga indigestion de Black Eyed Peas mais bon ce serait pas du jeu alors voilà :



Ouf je me nettoie vite les oreilles avec cette chanson que j'adore des Foo Fighters, The Pretender :



On repasse à plus calme avec Regina Spektor et Us, qui accessoirement sert de générique à (500) Days of Summer :



Retour au blond platine et aux 80's avec la chanson la plus exotique et atypique de Blondie, Island of Lost Souls :



On repasse à The Cure avec Why can't I be you et son clip coloré et déjanté :



On reste dans les 80's et on revient à une BO de film avec Reality, la chanson de La Boum, ouais carrément :



On repart sur The Nightmare before Christmas et sa géniale ouverture This is Halloween :



Et une autre chanson qui a servi à un film des 80's, Breakfast Club, que j'ai revu récemment d'ailleurs, Don't you forget about me de Simple Minds :



Et on finit la longue série de clips avec No Doubt à nouveau et Sunday Morning :



Il reste quelques chansons pour lesquelles il n'existe pas de clip ou alors non intégrable, je mettrai ça sur un player cette semaine !

dimanche 4 avril 2010

Sunday Morning

A long time ago, in a galaxy pas si far away que ça, je "fêtais" Pâques : comprendre que jusqu'à ce que je sois jeune adulte, toute la famille allait manger chez mes grands-parents le dimanche de Pâques.
Ma grand-mère faisait du gigot d'agneau et des flageolets, et je n'aimais ni l'un ni les autres. Heureusement après on avait nos œufs, cocottes et autres lapins en chocolat !
Le matin de Pâques, mon grand-père allait à la boulangerie m'acheter un "agneau pascal", un espèce de gâteau sans trop de goût en forme d'agneau (voir photo ci-dessous), j'aimais pas trop ça mais je n'aurais jamais osé lui avouer tant ça lui faisait plaisir, et puis bon avec du Nutella dessus et trempé dans le café au lait ça passait très bien.



Et puis la vie passant, entre les décès, les déménagements et les embrouilles, il se trouve que ça fait maintenant plus de 10 ans que mes dimanches de Pâques sont comme les autres dimanches, la seule différence étant d'avoir le lundi férié !

Et je suis bien contente comme ça faut dire, tellement les repas de famille à rallonge ça n'a jamais été mon truc.
Mais surtout, en voyant les gens se souhaiter de Joyeuses Pâques sur Facebook par exemple, je me demande pourquoi les gens continuent à célébrer cette fête chrétienne qui représente vraiment quelque chose pour... combien d'entre eux exactement ? sûrement très peu.

Même moi qui ait été dans une école privée catho et ai eu plus que mon compte d'heures de catéchisme, je ne sais même pas dire ce qu'est vraiment Pâques (faut dire c'est pas comme si ça m'intéressait).
Alors je trouve tout le monde un peu hypocrite, un peu comme à Noël quoi, parce que bon à part le lapin, les cloches, les oeufs et donc surtout le chocolat, Pâques c'est juste l'occasion d'avoir un long week-end au final...
Et je me sens moi-même hypocrite parce que bon je me suis quand même mariée à l'église sans être croyante alors je ne vais pas non plus faire un scandale pour Pâques...



Bref c'est jamais simple ces histoires de jours fériés religieux dans un monde laïc, dont on a parlé au Québec il y a peu justement, une ministre proposant d'en "remettre en jeu" certains (mais pas les gros comme Noël ou Pâques) pour accommoder les non-chrétiens.
Une initiative logique en théorie mais drôlement bordélique à mettre en place : croyants ou non, catholiques ou autres, tout le monde veut garder ses jours fériés, forcément !

Enfin en tout cas moi ce matin j'aurais bien voulu des chocolats quand même, du coup je vais aller voir mardi s'il y en a en soldes héhé...


Sunday Morning - No Doubt

vendredi 2 avril 2010

This isn't a Dream

Hop j'arrive enfin à passer par ici, mais c'est sûr que ça va être de plus en plus rare...

Bref un petit coup de coeur musical à partager aujourd'hui (et il y avait bien longtemps que je n'avais pas été charmée par un groupe que je ne connaissais pas, à défaut d'être un nouveau groupe) : Jenny & Tyler sont un petit couple de Nashville et m'ont été "recommandés" par Facebook car je suis fan de She & Him.

Alors c'est pas vraiment la même chose mais ils sont un peu dans la même mouvance folk/économie d'instruments/jolie voix. Et ils ont déjà sorti 2 albums (plus un de Noël) : A Prelude et This isn't a Dream.

Vous pouvez les écouter sur leur MySpace ou sur leur site officiel, sur lequel vous pouvez vous inscrire d'ailleurs et recevoir un album acoustique en téléchargement gratuit, sympa non ?

J'ai réussi à trouver une vidéo potable sur youtube, bon faut passer les 20 premières secondes mais au moins c'est une vidéo "propre" qui permet de se faire une idée, bonne écoute !



This isn't a Dream - Jenny & Tyler

vendredi 19 mars 2010

We are kids in America

Les Québécois ont beau s'en défendre, vivre à Montréal, c'est vivre en Amérique à la française, ou en France à l'américaine, bref un savant mélange des deux qui permet à la fois d'être dépaysé tout en gardant une certaine zone de confort.

Moi qui ai toujours rêvé de vivre aux USA, j'ai trouvé ici un compromis pas trop mal qui parfois me fait croire que je vis "comme dans un film".

Il y a la langue bien sûr, car en plus du français-québécois, l'anglais est présent au quotidien, partout, du moindre emballage aux cinés offrant uniquement de la VO (non sous-titrée), et dans la bouche des gens évidemment, même s'ils soutiendront qu'ils utilisent beaucoup moins d'anglicismes que les Français - ce qui est d'une mauvaise foi certaine !

On reçoit aussi les principales chaînes américaines sur notre TV donc je peux zapper à l'américaine, subir leurs pubs, regarder les séries (et les Oscars !) en live, de quoi s'y croire !

Idem pour la bouffe : quand on fait les courses, si on a du faire le deuil de certaines choses, on trouve par contre des produits américains (aaah le bacon et les pancakes pour le pti déj), les pots de mayo sont énormes, il y a des gâteaux à l'air bizarre (les cupcakes industriels ont toujours un drôle d'air) et les pizzas et autres patates prennent pas mal de place au rayon surgelés.

Quant aux restos, si Montréal est très riche à ce niveau-là et qu'on trouve de toutes les spécialités (mais alors vraiment de tout, même éthiopien et afghan !), c'est agréable de pouvoir aller dans un diner et manger un vrai bon burger avec de vraies bonnes frites (ou juste pouvoir aller au Burger King plutôt qu'au MacDo). Et je ne parle pas de la richesse niveau brunchs, des vrais breakfasts à l'américaine à des prix souvent très corrects !

Niveau environnement urbain aussi tout change : les trottoirs, la largeur des routes, l'architecture et, ce qui frappe beaucoup, les sirènes de police, pompiers et ambulances (d'ailleurs pour appeler les urgences j'ai juste à faire le 911 !).

Alors c'est sûr c'est pas New York ou la Californie, mais c'est déjà pas mal !

Kids in America - Kim Wilde

mercredi 17 mars 2010

Slow change may pull us apart

J'avoue manquer d'inspiration en ce moment (de temps aussi un peu) mais heureusement les blogs des autres m'en donnent !
Ainsi, devant ce billet de Delph, je me suis dit que tant qu'à faire, autant développer ma réponse sur mon propre blog plutôt que d'écrire un commentaire à rallonge.



En 4 ans, on est rentrés 2 fois en France, et à chaque fois ça m'a stressée et j'étais bien contente et soulagée de rentrer à Montréal - même si revoir certaines personnes et aller au mariage d'un couple d'amis était très sympa et que ceux-là, j'aimerais les voir plus souvent.

J'avoue que Paris et des amis peuvent me manquer occasionnellement, mais il me suffit de regarder le journal de France 2 sur TV5 pour ne pas avoir envie d'y poser un seul doigt de pied.
Et puis là-bas, je me sens à l'étroit, mal à l'aise, énervée par tout et tout le monde, de ma propre mère au moindre inconnu agressif pour rien.

A la différence de Delph, je n'ai pas de grande famille à retrouver, juste une mère (et son conjoint) qui n'a jamais eu d'autre priorité qu'elle-même et continue de me le prouver en ne faisant aucun effort pour venir voir sa petite-fille, parce que les dates qui m'arrangent moi ne l'arrangent pas elle (alors que bon c'est quand même moi qui accouche, merde !)... et ce matin le pompon c'est un mail où elle dit que si j'accouchais 15 jours plus tôt que prévu elle pourrait venir quand ça l'arrange mieux... pincez-moi, sérieusement j'en ai lu des conneries dans ma vie mais là... ben là j'ai absolument pas envie qu'elle vienne en fait, apparemment ils ont tous les deux des choses bien plus importantes à faire, ben qu'ils arrêtent de m'emmerder et qu'ils restent chez eux (désolée pour la grossièreté mais vraiment là je suis bien remontée) !

Et on a beau déjà préparer notre visite en France à l'automne prochain (visite pour laquelle ma mère a bien évidemment élaboré notre itinéraire toute seule dans sa tête, inutile de préciser qu'évidemment il ne correspond pas à celui que nous envisageons), franchement ça me stresse 6 mois à l'avance, et je me calme en pensant à nos futures photos de Babygirl devant tous les monuments de Paris (nain d'Amélie Poulain-style) et au beau mariage auquel on va assister à Montpellier en compagnie des coupines (pour le coup il ne manquera que Delph justement !).

La 2e fois qu'on est rentrés, on a décidé de ne revenir en France qu'une fois tous les 2 ans, à cause de notre état - fatigués et énervés, le contraire d'un effet vacances donc - à tous les deux en revenant et des envies de voir ailleurs, et bien je vais vous dire, si ça se trouve, on va espacer encore plus nos visites (surtout avec 3 billets d'avion à acheter une fois que le bébé a dépassé 2 ans, et alors qu'on a 2 fois moins de vacances) !


Don't you forget about me - Simple Minds

mardi 9 mars 2010

In the Sun

Oh la belle petite surprise du jour : le nouveau clip de She & Him, pour le premier extrait de leur second album Volume Two (qui sortira le 23 mars prochain), In the sun :




J'avoue ne pas être emballée plus que ça par la chanson (pas assez entraînante et trop d'effets au niveau de la voix) mais Zooey est encore une fois à tomber dans ce clip !

Source

In the Sun - She & Him

lundi 8 mars 2010

Oscars 2010

Allez hop je vais au plus simple, en vrac toutes mes petits réflexions sur la cérémonie d'hier soir :

- J'ai bien aimé le décor de la scène, moins le nouvel arrangement des fauteuils tout devant et les petites lampes à la Patrick Sébastien

- Quelle bonne surprise l'ouverture par Neil Patrick Harris, il a bien caché ça le coquin !

- Steve Martin et Alec Baldwin savent être drôles, mais pas présenter les Oscars...

- J'avais lu que ce serait surtout axé sur les acteurs cette année, et en effet, ça l'était beaucoup trop : les 10 nommés sur scène au début, puis les 2 catégories qui prennent des heures à présenter chacun en long, en large et en travers, overdose...

- Avec tout ça le timing était épouvantable et ils ont dépassé d'une demi-heure, et à cause du temps fou passé sur les acteurs, la catégorie de meilleur film, la dernière soit la plus importante, a été torchée en quelques secondes, c'est malin !

- L'hommage à John Hugues était sympa mais trop long, en plus pas très flatteur pour ses acteurs fétiches présents sur scène (l'occasion de leur vie d'aller aux Oscars).

- Mettre Patrick Swayze en tout premier des disparus, quand ce n'est pas encore en mode "grand écran", et oublier Farrah Fawcett = un beau ratage.

- Trop de jeunisme : le duo de Twilight Kristen Stewart-Taylor Lautner, Zac Efron, et, pire que tout, Miley Cyrus = WTF ?!

- Peu de tenues m'ont emballée, j'ai pratiquement trouvé tout le monde moche (niveau femmes) !

- Dire à Sandra Bullock devant son écran que son rouge à lèvres rose (sur le tapis rouge) est moche, ça marche : une fois sur scène, elle en avait un autre, c'est ça la magie du cinéma !

- Yay Ryan Reynolds ! Sam Worthington ! Jake Gyllenhaal !

- Encore plus Yay : Jake et Rachel McAdams qui présentent un Oscar ensemble, super glamour, et le sourire sincère de Jake en emmenant le lauréat vers les coulisses = priceless.

- Yay Keanu Reeves qui vient présenter le film de Kathryn Bigelow, en plus le soir où Sandra Bullock gagne (et que Patrick Swayze est dans les disparus).

- Chouette hommage aux films d'horreur, un genre trop souvent dénigré, dommage qu'ils aient casé un peu tout et n'importe quoi dedans (Twilight, Edward Scissorhands...), heureusement ils se sont rattrapés avec beaucoup de scènes du premier Freddy, et puis Les Dents de la mer, L'Exorciste, Shining, Rosemary's baby, Carrie, Une nuit en enfer...

- Ça manquait de Clint, de Spielberg, etc., les piliers qui donnent de la classe et de la crédibilité quoi. Heureusement il y avait Meryl.

- Ben Stiller en Navi = excellent, c'est lui qui devrait présenter les Oscars en fait !

- Pas convaincue par le gros numéro de hip-hop pour présenter les musiques, mais au moins on n'a pas eu à supporter les 5 chansons nommées.

- Je suis contente de mes prédictions, avec un score de 19/24 je me maintiens, mais c'est vrai que ça demande de s'intéresser de près à tout ça, tellement les buzz peuvent s'essouffler et le vent tourner d'un coup en faveur de quelqu'un d'autre (il n'y a pas si longtemps personne n'aurait parié sur Jeff Bridges et Sandra Bullock en meilleurs acteurs).

- Autant j'avais un mauvais pressentiment le matin, autant quand The Hurt Locker a gagné le scénario (que je prédisais à Tarantino, son seul Oscar possible - et du coup il n'a rien eu alors que son film est vraiment bon) et qu'Avatar a eu la photo (que je prédisais à The Hurt Locker), je me suis dit que ça partait bien finalement.

- et donc pour finir un gros YAY pour la victoire de Kathryn Bigelow et The Hurt Locker ! Et chouette petite phrase de Barbra Streisand : "Well, the time has come".



Bonus : grâce à Kim Sinclair récompensé pour la direction artistique d'Avatar, j'ai un degré de séparation avec un gagnant d'un Oscar, et 2 avec James Cameron (donc 3 avec Kathryn Bigelow et 4 avec Keanu Reeves !). Bon les degrés de séparation c'est pas trop dur à avoir, le problème c'est leur "épaisseur", humpf.

Bon j'espère ne rien avoir oublié...


samedi 6 mars 2010

Wouldn't you like to see something strange?

Friday Love avec un jour de retard mais vous m'en tiendrez pas rigueur hein...

Je me souviens des sorties de Beetlejuice et Batman, j'avais bien aimé mais sans plus. Et puis la séance d'Edward Scissorhands a tout changé. Ce film fait depuis partie de mon top 5 de mes films préférés, je ne peux pas le revoir sans être complètement bouleversée, sans trouver ça parfait de bout en bout.
Et Tim Burton est alors devenu le réalisateur à suivre (pour moi).
Batman Returns a suivi et là encore, bingo ! J'ai absolument adoré et celui-là aussi fait partie de mes films préférés.


À partir de là, j'ai commencé à m'affirmer clairement comme une fan de Tim Burton et je peux le citer sans hésiter en premier quand on me demande qui est mon réalisateur préféré (par contre ne comptez pas sur moi pour afficher un sac "M. Jack", je trouve ça nase). Il a une vision qui lui est vraiment propre, une atmosphère qu'on ne retrouve nulle part ailleurs, de par ses thèmes, ses décors, ses musiques, ses acteurs et personnages. Bref c'est le seul dont j'ai l'impression qu'il fait des films pour moi.

Bien sûr il y a eu des déceptions, le vieux Pee-Wee, qui m'a guère enthousiasmée, et La Planète des singes, que j'oublie un peu volontairement car je n'ai jamais compris pourquoi il avait fait ce film qui ne colle pas avec le reste.

Mais quand j'ai revu en peu de temps toute sa filmographie (sauf celui-là donc) pour le dossier que nous avons fait pour FDC il y a quelques années, courts métrages compris (Frankenweenie et le petit chef d'œuvre Vincent), j'ai replongé avec un incroyable plaisir dans tout cet univers, et les voir tous à la suite permet de mieux savourer et aussi découvrir tous les points communs de ses films.



Film après film, je me rends compte aussi que j'aime de plus en plus à chaque vision : ses films sont tellement riches que c'est comme si je n'arrivais pas à tout apprécier la première fois. Mais une 2e ou 3e vision (voire plus) me permet de remarquer tous les détails, ces petits riens qui passent inaperçus mais sont tout sauf inutiles.
Pour Batman Returns par exemple, j'ai remarqué à quel point les dialogues étaient tout sauf du blabla : CHAQUE ligne de Bruce Wayne et Selina Kyle parle de double identité, de faux semblants... alors que la 1e fois bon on suit l'histoire et ses péripéties quoi.
Mais à chaque fois, une fois le film vu et l'histoire assimilée, on peut se concentrer sur tout le reste et voir des thèmes émerger, des répliques sortir du lot, des regards devenir significatifs...

Beaucoup ont été rebutés par les récents Charlie et la chocolaterie et Sweeney Todd mais de mon côté, j'ai encore été complètement emballée. Pour ce dernier, je me souviens encore des lumières qui se rallument dans la salle et j'étais là à me dire "mais comment fait-il à chaque fois pour faire un film juste pour moi ?!". Pourtant au bout de cette 1e vision j'avais des réserves quant à certaines chansons du film, mais après l'avoir écoutée seule puis revu le film deux autres fois, j'étais 100% convaincue (bon il y a toujours une chanson que je déteste et la voix de Helena Bonham-Carter qui passe mal dans mes oreilles mais c'est insignifiant comparé au reste).


Si je fais ce billet aujourd'hui, c'est pour éviter d'en dire trop de mal aussi, tant j'ai peur de sa version d'Alice au pays des merveilles : j'ai détesté le livre, que j'ai eu un mal fou à finir, et je trouve l'esthétique qu'on voit dans la bande-annonce absolument horrible. Alors j'ai beau a-do-rer le duo gagnant Tim Burton-Johnny Depp, là vraiment je dois avouer que j'y vais à reculons et que je vais sûrement me refaire l'un de ses anciens films vite fait derrière pour me laver les yeux...


Pour en savoir plus si ça vous dit :
- mon texte sur les personnages féminins de ses films
- mon texte sur la mort dans ses films
- mon texte culte de L'Étrange Noël de M. Jack



This is Halloween - BO de The Nightmare Before Christmas

dimanche 28 février 2010

Couturière du dimanche

Dimanche dernier, j'en ai eu marre de ma petite pochette à aiguilles toute foutue, alors je me suis fait vite fait un petit coussin à aiguilles :



Il est assorti à la housse que j'avais faite pour ma machine à coudre (tissu Ikea) et puisque vous avez déjà vu mon coin bureau, voici juste à côté mon coin couture : 


vendredi 26 février 2010

Together we're both alone but we don't mind

Je regarde beaucoup de séries mais, depuis que je vis ici, en priorité celles qui passent sur ma TV, et on télécharge le reste en abusant pas trop car on n'a pas internet illimité.
Du coup, on se doit d'être sélectifs et on attend souvent d'avoir des échos avant de se lancer dans telle ou telle série.
C'est comme ça qu'on a rattrapé Mad Men une fois la 1e saison passée, afin d'être prêts pour la 2e. Autant d'éloges de toutes parts, des photos donnant clairement envie, ainsi bien sûr que le pitch (une agence de pub dans le New York des années 60 - et rien qu'avec ça je suis intéressée direct moi), ça semblait inloupable.
Et ça l'est.


La série est atypique et peut en dérouter et/ou ennuyer certains, mais pour moi c'est juste l'une des meilleures séries jamais faites, subjectivement et objectivement, du vrai haut de gamme et à tous niveaux.

L'écriture bien sûr, qui soigne ses personnages, réserve quelques répliques/perles qui en disent long en juste quelques mots, joue avec les métaphores pour aborder des situations privées tout comme le contexte historico-social de l'époque...
On suit ainsi dans les grandes et les petites lignes l'élection et l'assassinat de JFK, la mort de Marilyn, l'évolution (ou non) de la condition de la femme, des Noirs, des gays... la période est tellement riche qu'il y a de quoi faire de toutes façons.

Les acteurs sont pour la plupart assez inconnus (je ne connaissais personne à part January Jones, que j'avais adorée dans Trois Enterrements, et John Slattery, vu à droite à gauche), et c'est pas plus mal, on adhère ainsi d'autant plus et cela nous permet de faire des belles découvertes, comme Jon Hamm - so sexy et mystérieux - et Christina Hendricks - enfin une actrice qui a des formes, pour une fois, et en plus elle est rousse !
Le casting est assez parfait, et chacun arrive à rendre son personnage complètement humain : on ne peut ni aimer ni détester quelqu'un à 100%, non non ces gens-là sont humains, ils font des choses bien, des choses moins bien, réagissent différemment selon leur humeur, selon avec qui ils se trouvent, etc. Bref ils ressentent des choses, comme des vrais gens.

Enfin la reconstitution est incroyable, le créateur Matthew Weiner (qui a l'air de ce que j'ai vu/lu d'être trèèès exigeant) mettant un point d'honneur à ce que tout le décor soit entièrement 60s, afin d'avoir une liberté de mouvement lors du tournage, et au niveau des costumes, coiffures, attitudes (ils fument et boivent tout le temps !)... tout est réglé au millimètre près.

Les saisons sont courtes mais je me suis régalée des 3 passées et il faut que je me refasse la 1 d'ailleurs qu'on m'a offert à mon anniversaire.

Vraiment une série qu'il faut voir, et si j'étais l'une des personnes de HBO qui l'a refusée, je m'en mordrais les doigts à vie (car en plus, évidemment, la série récolte récompense sur récompense).


Together we're both alone - Nicole Atkins

mercredi 24 février 2010

Everyday is like Sunday

... ou pas.

Ce matin, après enfin une nuit reposante (les 4 précédentes ayant été difficiles), plein de petits tracas se sont enchaînés.

De piètre motivation, j'étais assez reposée pour aller travailler même si déjà hier la chaleur du bureau m'avait incommodée au point de partir une heure plus tôt - et que j'étais contrariée car obligée de me défaire de mon gilet alors que c'est lui qui faisait ma tenue. Bref.

Ce matin, dès l'appel du radio-réveil, j'étais contrariée : alors qu'il y a quelques jours on m'annonçait que Jake Gyllenhaal tournait en ce moment à Montréal (mais en studio, zut), ce matin on parlait des cinémas québécois qui, comme en Europe, veulent boycotter la sortie d'Alice in Wonderland car le DVD doit sortir plus tôt que permis par la loi.
Bon je comprends leur point de vue mais peut-on vraiment comparer un film vu au cinéma en 3D et vu sur sa TV en 2D ?! En plus, comme disait l'un des animateurs, les gens qui veulent y aller iront de toutes façons, ils vont pas attendre 3 mois que le DVD soit sorti.
Et puis de toutes façons, d'autres films en 3D arrivent peu après donc au bout d'un mois il faudra que le film ait fait son chiffre (ce qui est finalement toujours le cas des gros films) car Clash of the Titans arrive un mois plus tard et ils devront se partager les quelques écrans 3D.
Déjà que le début d'année est pauvre en sorties et que The Wolfman n'est sorti qu'en banlieue, si en plus on me sucre mon Tim Burton, là non. Je veux aller au cinéma (en plus là je peux encore alors c'est dommage de pas pouvoir en profiter) !!

Après cette nouvelle, ma douche et mon pti déj, je me rends compte que le pull que j'avais prévu de mettre est maintenant trop court à cause de mon bidou qui pousse. Et hop comment perdre du temps et s'énerver à trouver un haut qui fit, sachant qu'il neige, que je ne peux plus fermer mon manteau mais qu'une chaleur tropicale m'attend au bureau...

Avec tout ça me voici bien en retard et je décide de prendre la voiture, ce qui devrait me permettre d'avoir un retard "moins pire" que si j'attends le bus.
Sauf que sur notre parking, c'est les places musicales : on en a 2 et on est 4 à avoir une voiture, dont 1 qui la prend tous les jours. Manque de bol, un autre collègue est venu aussi en voiture, mais la 2e place est tout de même libre, et pour cause : les gens de la place d'à côté sont garés à moitié dessus !
Je fais un tour du pâté de maison quand même au cas où mais il y a un tournage (pas du film de Jake malheureusement) qui pique la plupart des places !
Je me décide alors à prendre notre place attitrée et appelle mon collègue pour qu'il aille demander aux gens du bureau qui empiètent dessus de bien vouloir bouger. Et au bout de quelques minutes 2 gars (en visite en plus) débarquent et repartent avec leur énorme monospace, me permettant enfin de me garer !
Ouf, 10 minutes de perdues bêtement.

Comme si ça ne suffisait pas, entretemps je me suis rendue compte que j'avais oublié mon lunch à la maison, et mes pauvres carottes râpées auront donc passé toute la journée en dehors du frigo...
Évidemment je n'ai pas un sou sur moi (enfin si, j'ai exactement 1,02 $ sur moi...) et de toutes façons, il neige trop pour que je puisse sortir m'acheter à manger. Heureusement qu'il existe la commande par carte de crédit et la livraison !
Il fallait d'ailleurs que j'aille déposer un chèque à la banque mais un collègue y a été à ma place du coup.

Et qui dit neige dit devoir déneiger la voiture en partant ce soir, heureusement il ne fait pas froid (dans le bureau on meurt toujours de chaud d'ailleurs) donc ça ne gèle pas ! (ah ben tiens mes collègues vont aller le faire finalement cool :o)

Ce soir autre contrariété : on a la 1e réunion prénatale, de 19h à 21h. Donc on va manger soit trop tôt soit trop tard...

Enfin au moins mon boss est parti plus tôt, ce qui me permet de venir raconter tout ça ici héhé...

Edit : ah ben tiens Facebook est bloqué par le firewall alors que ça marchait encore tout à l'heure et que notre Monsieur informatique n'est même pas là !! Bon au moins ça marche sur mon iPhone ahahah !

Edit 2 : ouf mon collègue qui y va au moins autant que moi savait débloquer ça, hop !


Everyday is like Sunday - Morrissey

samedi 20 février 2010

Touche perso

Vous avez déjà vu d'où je blogue, mais ce petit coin s'est récemment retrouvé un peu plus décoré (dans mon dos en fait par rapport à la photo) grâce à 3 photos que j'ai retrouvées par hasard dans une boîte.
Photos achetées il y a des années à Paris et dont j'avais complètement oublié l'existence mais grâce à 3 cadres Ikea tout neufs, hop j'ai un mur avec les couples de trois de mes films préférés : La Mort aux trousses, Batman Returns et, bien sûr, Singles.

vendredi 19 février 2010

Friday vrac

Bon c'est pas que j'ai oublié l'existence de ce blog mais j'avoue que pas loin, la fatigue, le stress perpétuel du boulot (dont l'arrivée de mon remplaçant qui ne me satisfait pas), la grossesse qui avance petit à petit et tout ce qui vient avec = le reste n'a plus trop d'importance.

Je n'ai donc aucune idée pour un Friday love, juste le courage d'un petit message vrac histoire de donner signe de vie (et parce que toutes les occasions sont bonnes pour pas bosser) :

- Les JO : ben comme le superbowl quelques jours avant, j'en ai absolument rien à battre, sauf que là on nous serine avec tous les jours pendant 15 jours, ça me soule !

- La St Valentin : on ne la fête pas et j'ai même l'impression que plus ça va, plus ça ressemble à un truc fait uniquement pour énerver les célibataires, qui ont tous l'air de s'en soucier beaucoup plus que les couples en fait.
Plus personnellement, je me suis rendue compte aussi que l'argument "fête commerciale" n'est pas vraiment ce qui me gêne, en tout cas pas plus que pour Noël, c'est juste l'idée de se voir imposer un jour pour être romantique, dîner en amoureux, etc. qui m'énerve, parce que non seulement je ne suis pas fleur bleue pour un sou, mais en plus j'aime pas qu'on me dise quoi faire.

- Le ciné : comme à chaque début d'année c'est la pénurie niveau sorties après une fin d'année bien chargée. Bon je voudrais bien aller voir The Wolfman, qui a l'air sympa et a le mérite d'être court, mais curieusement, il n'est sorti qu'en banlieue pour l'instant. Alors j'attends, et en attendant au moins la sortie d'Alice in Wonderland se rapproche !

- Le ciné @ home : j'ai vu récemment The Young Victoria (pas mal mais un peu déçue) et revu Groundhog Day (quand même très drôle); j'ai aussi regardé un téléfilm HBO tout neuf, Temple Grandin, avec Claire Danes dans le rôle-titre, l'histoire vraie d'une autiste qui révolutionna l'agriculture américaine dans les années 70 (future présence aux Emmys et Golden Globes assurée).

- Les séries : au moins le bon point des JO c'est que ça permet à plusieurs séries de faire une pause et de ne pas trop charger notre planning, même si on a toujours plusieurs jours de retard quand même (entre les courses, le sport chacun de notre côté, le boulot qui finit tard ou encore simplement la fatigue on arrive juste à regarder un épisode par soir en ce moment, pff).

- L'hiver : c'est pile quand ma doudoune est sur le point d'exploser si je la ferme qu'il neige à nouveau, c'est malin. Et c'est le jour où je prends la voiture qu'il neige aussi.

- Le bidou : et vas-y que ça gigote ! Je suis contente en tout cas je ne prends pas ailleurs (avec la marge que j'ai tant mieux !!) et à 6 mois 1/2 à part les pantalons de grossesse je peux continuer à mettre mes hauts normaux (ceux qui sont assez larges et longs évidemment, surtout que c'est l'hiver).
Hier à l'aquagym prénatal j'ai entendu une fille dire à une autre qu'elle était due pour 3 jours avant moi, alors que vu son ventre je croyais qu'elle était sur le point d'accoucher, comme quoi !

- La forme : mercredi je me suis réveillée avec un bon mal de rein et une grosse fatigue, j'ai hésité à aller bosser mais comme il faut que je sois vraiment mal pour ne pas y aller, j'y suis allée donc. Et toute la journée j'ai refusé de m'écouter : quand je me suis retrouvée debout dans le métro, je n'ai demandé à personne de me laisser m'asseoir; quand je suis rentrée à la maison, j'ai fait une lessive, rangé dans la cuisine; et quand je me suis couchée j'ai pleuré de douleur tellement mon dos et mon ventre me faisaient souffrir. Bien joué. Donc jeudi je suis restée allongée toute la journée à la maison et maintenant je m'écoute et je me ménage !

Bon ben c'est tout pour l'instant, allez je me motive et je me remets à bosser, après tout préparer mon départ (encore 6 semaines avant mon congé maternité) c'est plutôt plaisant !

vendredi 12 février 2010

Dreams are my reality

Bon je n'ai ni le temps ni ce qu'il faut pour faire le Friday Love que j'avais prévu donc ce sera un mini aujourd'hui, pour un petit coup de coeur ciné récent : An Education, nommé aux Oscars, déjà sorti ici et le 24 février en France.



Le film a des défauts mais est très attachant, et s'avère une bonne surprise car, malgré le sujet, il est tout sauf guimauve; au contraire, il est un peu brut, sans en faire trop non plus, et se veut assez réaliste. Les deux acteurs principaux (la révélation Carey Mulligan, bientôt dans Wall Street 2 avec son boyfriend Shia LaBeouf, et Peter Sarsgaard) sont d'ailleurs très bien.
Il aurait pu être un peu plus fouillé et plus long mais il a un certain charme en tout cas (pour les filles néanmoins, je doute que le public masculin y trouve beaucoup d'intérêt).

Dreams are my reality - Richard Sanderson (BO de La Boum)

mardi 9 février 2010

Why can't I be you ?


Tim Burton et Robert Smith ou la collaboration qui fait sens (et que j'attends depuis 20 ans !) : Robert a écrit et interprète une chanson sur la BO d'Alice in Wonderland !

Why can't I be you ? - The Cure

lundi 8 février 2010

Ben comment ils faisaient avant !

Il y a de ces expressions toutes faites que les gens sortent à tort et à travers et que je ne supporte pas.
L'année dernière je vous avais parlé nourriture, aujourd'hui je vais plutôt parler progrès.



La science, la technologie, tout ça, je trouve ça cool, ça calme mon angoisse d'être dépassée et j'aime vivre avec Monsieur Gadget (aka Monsieur il-me-faut-le-nouveau-truc-là), même s'il faut que je freine un peu ses élans parfois.
Mais bon, que les gens écoutent des vinyles au lieu de mp3 ou enregistrent sur VHS au lieu d'en numérique, c'est leur choix et ça ne change rien à ma vie ni à celle de personne.

Par contre quand on commence à parler des progrès qui touchent par exemple la santé ou la sécurité, c'est fou ce que les gens peuvent être cons parfois !

Ainsi ceux qui ne mettent pas de ceinture en voiture parce que "avant", ben y en avait pas ! Hum, ben oui justement, c'était bien ça le problème, sans compter que les voitures vont plus vite maintenant donc ne pas mettre sa ceinture c'est encore plus dangereux.
Idem pour les sièges bébés pour auto : à mon époque on posait le couffin sur la banquette et voilà ! Sauf que j'ai bien failli ne jamais avoir de mari (en tout cas, pas celui-là !) à cause de ça vu que tout petit il a roulé par terre lors d'un accident !

Pour rester dans le domaine bébé, et toujours par rapport aux trucs de l'alimentation, on sait maintenant quelles sont les précautions d'usage à prendre pour éviter la listeria et la toxoplasmose. On sait aussi que l'alcool et la cigarette sont nocifs, on sait déceler le diabète de grossesse et le traiter, et faire des échographies et autres tests sanguins permettant de détecter des maladies comme la trisomie. Bref on a réduit la mortalité infantile ainsi que les naissances d'enfants malformés etc.
Mais non, quand tu expliques que tu manges pas ci ou ça à cause de ta grossesse, t'as toujours quelqu'un pour te dire "oui ben comment ils faisaient avant quand ils avaient pas tout ça ?!". Ben justement, ils mourraient plus ou avaient de lourds handicaps par exemple. D'ailleurs une amie m'a fait "plaisir" un soir en expliquant à la personne en question que sa grand-mère avait perdu la moitié de ses bébés à cause du diabète qu'à l'époque on ne savait pas déceler !

Et même dans d'autres domaines variés, par exemple pour faire chauffer du lait, avant le micro-ondes, c'était drôlement long quand même à la casserole (plus le risque qu'il s'échappe).
Ou pour réserver un billet de train ou d'avion sans internet, quel temps perdu d'aller dans une agence de voyages !
Pour taper une simple lettre, il fallait la taper à la machine et mettre du blanc si on se trompait !
Pour donner de ses nouvelles, à part le téléphone, on pouvait s'écrire des lettres et c'est tout, alors que maintenant je peux discuter avec la France et la Nouvelle-Zélande en live tous les jours et que ma mère pourra voir sa petite-fille via webcam (et encore tous mes exemples remontent juste à ma "jeunesse", sinon on pourrait aller loin comme ça !).

D'ailleurs pour faire à peu près tout et n'importe quoi, sans informatique ni internet, je ne sais pas comment faisaient les gens pour bosser... ni pour se détendre au bureau ;op

vendredi 5 février 2010

Let the real you through, here's what we do

Cette semaine a débuté la 6e et dernière saison de Lost. Il nous reste 16 épisodes (enfin, 14 maintenant) pour découvrir (je l'espère) les mystères de l'île et surtout dire au revoir à tous ces personnages.



Car plus que les secrets, les ours polaires, la fumée noire et un pied de statue à 4 doigts, depuis le début, le plus passionnant, je trouve que ce sont les personnages.
Ils sont multi-facettes et c'est ainsi dur de les aimer ou les détester uniquement, chacun a ses défauts et ses qualités, on les supporte ou non selon leurs actions, leurs choix... Et leurs histoires personnelles restent ce qu'il y a de plus intéressant dans cette série pour moi.
De plus, ça a permis de (re)découvrir des acteurs comme Matthew Fox, que je détestais dans La Vie à 5 (la faute à sa coupe et à son personnage super relou), qui se révèle ici sexy malgré tout de même un côté chiant encore une fois, et Evangeline Lilly, tellement jolie et bien foutue, grr...

Après la série malheureusement s'est empêtrée dans ses propres mystères et autres easter eggs, et la 1e saison reste la meilleure, toute en promesses et visuellement superbe (ils ont mis le paquet pour le pilote et ça se voit !). Ensuite il y a eu des hauts et des bas (dont se sont excusés les auteurs d'ailleurs), mais malgré la déception je n'ai jamais songé à arrêter de suivre cette série (contrairement à pas mal d'autres que j'ai laissé tomber en cours de route) et je suis toujours contente de la retrouver même, parce qu'elle a toujours ce cachet qui lui est propre, et que je n'en ai trouvé aucune autre d'aussi mind-blowing !

Island Of Lost Souls - Blondie

mardi 2 février 2010

They made a statue of us


Hop hop hop, il faut que je revienne sur les nominations aux Oscars quand même, que vous pouvez voir en cliquant ici.

Mes premières pensées en vrac :

- rien pour (500) Days of Summer, qui avait pourtant ses chances en scénario original, et éventuellement meilleur film grâce aux 10 places cette année. Zut.

- belle surprise pour District 9 nommé en meilleur film - c'était pas le film de l'année mais une bonne surprise hors des sentiers battus qu'il fait toujours plaisir de voir reconnue un minimum.

- The Hurt Locker Vs Avatar = la guerre des ex-époux continue de plus belle vu qu'ils ont le même nombre de nominations, et que chacun a remporté des prix à tour de rôle dans les autres cérémonies. Le suspens est donc à son comble... Je suis team Kathryn, et vous ?

- Les Oscars des meilleurs seconds rôles sont ultra-pliés : Mo'nique et Christoph Waltz repartiront - à raison - avec leurs statuettes dorées, qui viendront compléter une belle collection.

- Et je n'ai toujours pas vu The Messenger alors que ça me fait très envie mais il est sorti en ultra-limité (et pas ici), grr...

- Pour les acteurs je pense que comme pour les Globes et le reste, on verra Jeff Bridges et Sandra Bullock monter sur la scène... Pour l'acteur peu m'importe mais pour les actrices je rêverais de voir Gabourey Sidibe gagner.

- Up est nommé à la fois en meilleur film et meilleur film d'animation, je trouve ça abusé (en plus c'est l'un des Pixar que j'ai le moins aimé) ! Au moins la compétition en animation est de taille pour une fois (et je préfèrerais voir Coraline ou The Princess & the Frog gagner).

- il y a plusieurs films que je n'aurai sûrement pas vus avant la cérémonie et ça m'énerve : The Messenger donc, mais aussi Nine, The Young Victoria, A Single Man, Crazy Heart, A Serious Man, An Education, Julie & Julia, The Lovely Bones... Faut dire tous ne m'intéressent pas au même niveau, alors je vais essayer de rattraper ce que je peux...

Rendez-vous le 7 mars !


Us - Regina Spektor